Combats

Pour le Syndicat des immenses, un « combat » est une action préparée longtemps à l’avance en collaboration avec d’autres organisations, en vue d’un résultat précis et concret.

Le premier combat du Syndicat des immenses est l’abolition du statut de cohabitant.

Depuis la création de ce statut, il y a 40 ans, des collectifs, groupes de pression et associations, émanant de divers secteurs, se sont insurgés contre ce statut délétère, à intervalles réguliers et chacun de leur côté.

En vain.*

Une stratégie d’action n’a jamais été tentée : réunir et coaliser tous les collectifs, groupes de pression et associations concernés par la problématique.

Et ils sont nombreux, se connaissent mal et n’ont pas l’habitude de collaborer :

  • Les retraités
  • Les femmes
  • Les étudiants
  • Les chômeurs
  • Les artistes
  • Les personnes en situation de handicap
  • Les personnes en non-logement ou en mal-logement, c’est-à-dire les immenses
  • Les ex-détenus portant le bracelet électronique
  • Et peut-être d’autres catégories de population.

2022, un momentum ? Nous le pensons, car trois brèches récentes ont récemment été ouvertes dans ce statut, preuve qu’il n’a rien d’éternel ni d’irréversible :

  • Les personnes en situation de handicap ont obtenu depuis le 1er janvier 2021 un allègement du statut ;
  • Les « droits passerelles » créés pendant la crise sanitaire ont explicitement faits l’impasse sur le statut ;
  • Idem pour les victimes des inondations en Wallonie en 2021 ;
  • Idem pour les personnes hébergeant des réfugiés ukrainiens.

Les principaux obstacles sont connus :

  • Le coût de la levée du statut de cohabitant (11 milliards pas an… mais il y aurait 30% d’effet retour selon la Cour des comptes)
  • L’opposition de certains partis politiques de droite
  • La nécessité de coaliser les collectifs, groupes de pression et associations néerlandophones et francophones, car la décision de levée doit être prise au niveau fédéral
  • La levée n’est pas au programme n’est pas au programme de l’actuel gouvernement fédéral.

Un objectif réaliste pour l’action commune et concertée de tous les collectifs, groupes de pression et associations concernés par la problématique : inscrire la levée du statut de cohabitant dans le programme gouvernemental du prochain gouvernement, en 2024 (au plus tard).

* Pour sa part, le Syndicat des immenses a déjà manifesté contre le statut de cohabitant avec et aux côtés de RWLP, de Rendre visible l’invisible, de La Ligue des familles ou de Droit à un toit / Recht op een dak. L’argumentaire invoquait la situation des personnes en non-logement, en mal-logement et à très faibles revenus.